LA MAIRIE-ÉCOLE

Ecole Saint-Dizier

L’école communale du village a été construite en 1841 sur un "terrain d'église", en réservant à l'étage une grande pièce et un petit local annexe pour les réunions du Conseil municipal et les archives de la Mairie, avec deux classes et deux logements. Ce terrain, devenu bien communal en 1905, appartenait à la paroisse catholique qui était commune aux deux villages de "Saint-Dizier et Lebetain" et comprenait l'église, le presbytère, le cimetière, le jardin et le verger du curé. C'est en 1839 que le Conseil municipal s'était préoccupé de la situation de l'école de la commune. En effet, la salle de classe utilisée à cette époque (dans le vieux bâtiment de "la Planche") n'avait été prévue que pour 50 élèves, alors qu'on en comptait 80, et n'avait "qu'un faible jour au couchant". Par ailleurs, les petites filles disposaient seulement d'un local jugé insalubre car situé "sur la citerne". Le logement de l'instituteur était réduit à deux petites pièces.

Le Conseil municipal approuva le projet de construire une "Maison d'école" , le 18 septembre 1839, établi par M. Poisat, architecte à Belfort, et évalué à une dépense prévisionnelle de 17780 francs(or) et 38 centimes. La commune disposait d'une somme de 14830,74 francs et envisageait de compléter par le produit de la vente d'un bois de 3 hectares et 40 ares planté d'arbres de 25 ans,"non affectés aux affouages des habitants". Les plans de l'architecte furent approuvés le 5 février 1841 et la construction était commencée au cours du deuxième semestre de cette année là, mais il fut nécessaire de vendre, en plus des prévisions,un terrain communal de près de trois hectares afin de disposer d'un complément de 2500 francs pour achever les travaux et meubler les salles de classe.

Il est difficile de nos jours d' imaginer quel était l'état d'esprit et les habitudes de vie de nos ancêtres en matière d'éducation avant la législation sur l'enseignement laïc en vigueur depuis Jules Ferry à la fin du XIX° siècle. A titre d'exemple, signalons simplement que les archives de la commune mentionnent que le Conseil municipal de Saint-Dizier, réuni le 5 septembre 1820, avait nommé aux fonctions "d'instituteur breveté" Monsieur Simon Berget. Celui-ci recevait sur le budget de la commune pour ses fonctions d'enseignant un salaire en numéraire de 790,00 francs (or) par an, plus 30 stères de bois et 300 fagots en nature (avec, sans doute, la charge de chauffer la salle de classe) et son logement gratuit (mais évalué à 60 francs par an). Le tout était à la charge de la commune qui prenait en charge également les frais de scolarité, non pas de tous les élèves, mais seulement des enfants des "indigents reconnus". L'instituteur avait l'obligation, par ailleurs, de "participer aux cérémonies religieuses pour assister le ministre du culte en qualité de sacristain et de répondre et chanter aux offices divins". Pour ce travail supplémentaire, il recevait un salaire annuel de 55 francs en numéraire et 20 "quartes" (mesure égale au "boisseau de Paris" d'environ 13 litres) de froment en nature.

Ce salaire de sacristain était à la charge de la "Fabrique", c'est à dire des ressources de la paroisse catholique qui regroupait les deux villages mais, s'agissant d'un travail lié à la célébration du culte, il était imposé par les deux conseils municipaux de Saint-Dizier et de Lebetain.

Il convient de remarquer que les membres du "Conseil de Fabrique" (devenu "conseil paroissial" après la "loi de séparation" du 9 décembre 1905) étaient pour la plupart les mêmes personnes que celles qui constituaient les conseils municipaux des deux communes et notamment les deux maires...

Haut de page


L'ÉGLISE

Eglise de Saint Dizier

Haut de page


MONUMENT AUX MORTS

Monument aux morts de Saint Dizier    

A droite, liste des soldats morts pour la France,
commune aux villages de St-Dizier et Lebetain.
Première Guerre Mondiale
BANDELIER  Jules  1919             BELET  Louis  1919  
BILLEY  Léon  1916             BONAME  Paul  1916  
CATTE  Alcide  1917             CHARPIOT  Jules  1916  
COURAND  Paul  1915             DEMOUGES  Jules  1917  
DROZ-GREY  Alfred  1916             DUCOMTE  Jules  1915  
DUPREZ  Paul  1914             FAUVEL  Albert  1914  
FETZER  Henri  1915             GOFFINET  Paul  1916  
GREVET  Joseph  1918             KOHLER  Ernest  1916  
LEMAIRE  Eugène  1915             LIGIER  Henri  1918  
MICHELAT  Albert  1918             MICHELAT  Léon  1915  
MONNIER  Paul  1917             MONNIER  Victor  1915  
MONNIER  Léon  1916             MOREAU  Léon  1918  
MOUGIN  Pierre  1914             PETIT  Joseph  1915  
PRENEZ  Adrien  1914             PRENEZ  Joseph  1919  
RAPINE  Jules  1915             RUCKLI  Alfred  1917  
RUSCAT  Jules  1915             TALON  Albert  1917  
TALON  André  1918             TATU  Edouard  1917  
VILLAUMIE  René  1917             VILLAUMIE  Léon  1915  

Seconde Guerre Mondiale
FERNEY  Pierre  Mort en 1944.  
MICHELAT  Robert  Mort en 1939.  
OEUVRARD  Jean  Mort en 1944.  
PERRET  Gabriel  Mort en 1944.  
RERAT  Marcel  Mort en 1944.  

Guerre d'Algérie
TALON  René  Mort en 1958.